Exploitation sexuelle des enfants aux Philippines

La Déclaration et le Plan d’Action du Congrès Mondial contre l’exploitation sexuelle des enfants ont donné une définition générale de cette pratique : « L’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales est une violation fondamentale de leurs droits. Elle comprend l’abus sexuel par l’adulte et une rétribution en nature ou en espèces versée à l’enfant et/ou à une ou plusieurs tierces personnes. L’enfant y est traité comme un objet sexuel et commercial, ce qui équivaut à un travail forcé et à une forme contemporaine de l’esclavage. »

Aux Philippines, selon les études de l’Office National des Statistiques pour l’Unicef Philippines, on estime que 60 000 à 100 000 enfants sont impliqués dans l’industrie du sexe (Lesacq, 2014). À cause de la pauvreté et des catastrophes naturelles récurrentes qui frappent les Philippines, la vie de nombreux Philippins s’est transformée en désastre.  Des criminels profitent de cette situation pour bâtir une industrie sexuelle qui en arrive à abuser des enfants.

Des promesses d’une vie meilleure qui se transforment en cauchemar

Les unes rongées par la pauvreté, les autres victimes des catastrophes naturelles, la seule possibilité de survie pour des nombreuses filles du pays est d’arrêter leurs études et de se trouver un emploi dans la capitale, notamment en tant que femme de ménage. Mais le travail qu’on leur a promis se transforme trop souvent en cauchemar.

Ce fut le cas de Grace, qui, à seulement 13 ans et sans ressources, est devenue l’une de ces victimes. Apple, 16 ans, a déjà un enfant de 2 ans et est à nouveau enceinte d’un inconnu(Info chrétienne, 2017). La lutte pour la survie les a obligées, toutes les deux, à quitter les bancs de l’école pour aller travailler et marchander leur corps.  

Beaucoup de jeunes filles s’engouffrent dans des situations semblables à celles de Grace et Apple, et il leur est impossible de s’en échapper une fois prises au piège de leurs exploiteurs. Ainsi, chaque année, des milliers de femmes et de jeunes filles sont victimes de l’industrie sexuelle locale (Unicef, 2005).

L’exploitation sexuelle par webcam

D’autres jeunes se laissent entraîner dans le monde dangereux de l’exploitation sexuelle par des Étrangers qu’ils rencontrent sur Internet.

Aux Philippines, les enfants ont facilement accès aux cybercafés et peuvent ainsi tomber dans les griffes des prédateurs sexuels opérant sur le web (Unicef, 2008). À 15 ans, Angel avait beaucoup d’amis avec qui elle dialoguait et certains lui ont dit qu’elle aurait pu gagner de l’argent simplement en discutant avec des Étrangers. Connectée avec des hommes d’Amérique du Nord et d’Europe, Angel exécute ce qu’on lui demande de faire, comme de se montrer nue, via sa webcam, en échange d’une somme d’argent qui lui sera envoyée par la suite.

Certains cybercafés locaux disposent de cabines privées, ce qui permet aux adolescents de « se produire » sur place devant des clients étrangers connectés. À proximité des nouveaux cybercafés se trouvent les bureaux de sociétés spécialisées dans le transfert de fonds, où les adolescents peuvent être payés presque instantanément par ces mêmes clients.

Les conséquences

L’abus et l’exploitation sexuels d’enfants ont des impacts négatifs voire très graves et irréversibles, menaçant le développement physique, psychologique, spirituel, moral et/ou social des enfants, parfois même leur simple survie.

Les enfants sont rarement en position de réclamer l’usage des préservatifs et peuvent ainsi être facilement atteints de maladies sexuellement transmissibles. Certains témoignent de leurs sentiments de honte, de culpabilité, de perte de respect en eux-mêmes . D’autres souffrent de la stigmatisation, ou ont le sentiment d’avoir été trahis.

Plan national contre l’exploitation sexuelle

Depuis 2005, le gouvernement philippin a pris la mesure de la gravité de la situation et a créé un bureau des femmes qui regroupe diverses agences gouvernementales, autorités judiciaires et organisations locales chargées d’identifier les jeunes filles vulnérables. Des programmes de sensibilisation et de sauvetage ont permis ainsi à des milliers d’enfants de prendre un nouveau départ. L’ECPAT (End Child Prostitution, Child Pornography and the Trafficking of Children for Sexual Purposes) est l’une de ces organisations locales qui a pour mission de garantir aux jeunes filles de bénéficier d’un toit, de conseils et de formations qui les aideront à se protéger des criminels sexuels, et à acquérir les savoirs-faires dont elles ont besoin pour transformer leurs vies. Liza, 19 ans, a été approchée par l’ECPAT alors qu’elle travaillait dans une maison close à Cebu. Elle a réussi à s’enfuir et  a ainsi pu aider les autres filles de la maison close à en faire autant . 43 filles ont été sauvées et ont plus tard porté plainte contre leurs exploiteurs. Liza a pu retourner à l’école, où elle a appris le métier de cuisinière (Unicef, 2005).

En combinant nos efforts communs pour protéger les enfants du monde entier, nous poserons les bases d’un avenir meilleur et d’une justice efficace dans l’éradication des industries sexuelles criminelles.

L’exploitation sexuelle des enfants aux Philippines a pris de l’ampleur avec l’accès incontrôlé aux réseaux pédophiles et pornographiques sur Internet ; depuis 2005, le gouvernement réagit en réunissant les forces locales afin de lutter contre ce fléau aux conséquences gravissimes pour la jeune population du pays.

Ecrit par : Niriniaina Ralambomamy
Relecture externe par:Rita Di Lorenzo
 Relecture interne par : Lucy Autin

Sources

 

 

Info chrétienne. (2017). Beaucoup de filles meurent à cause de ce que font les clients. Consulté le Mars 14, 2017, sur https://www.infochretienne.com/apple-16-ans-mere-de-deux-enfants-et-prostituee-aux-philippines/

Lesacq, C. (2014). Philippines : les orphelins de Haiyan, proies des trafiquants sexuels. Consulté le Mars 14, 2017, sur http://www.liberation.fr/planete/2014/01/13/philippines-les-orphelins-de-haiyan-menaces-par-l-exploitation-sexuelle_972434

Unicef. (2005). Philippines : en finir avec l’exploitation sexuelle. Consulté le Mars 14, 2017, sur https://www.unicef.fr/article/philippines-en-finir-avec-lexploitation-sexuelle

McBride, R. (2008). Aux Philippines, les jeunes sont entraînés dans l’exploitation sexuelle en ligne. Récupéré sur https://www.unicef.org/french/infobycountry/philippines_46852.html

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.