Les enfants délaissés de Chine

La Chine vit actuellement un exode rural massif de sa main d’œuvre. En 2009, 11 % de la population, soit environ 145 millions de personnes, a déménagé de la campagne vers les grandes villes pour trouver un emploi (Hu, 2012). Beaucoup de ces migrants sont également des parents qui ont dû faire un choix entre la vie de famille et des occasions économiques offertes ailleurs, avec l’espoir que l’argent qu’ils gagneraient en ville leur permettrait d’assurer l’avenir de leurs enfants.

A cause de cette migration, approximativement 61 millions d’enfants sont laissés aux soins de l’un des deux parents ou d’autres membres de la famille (très souvent les grands-parents) dans les zones rurales (Pedroletti, 2016). Parmi eux, les deux millions qui sont livrés à eux-mêmes (The Economist, 2015) sont généralement appelés liushou ertong (les enfants délaissés).

« S’il n’y avait pas d’entraves juridiques, nous l’emmènerions avec nous. » Liu Ting, mère de Tang Yuwen, 12 ans(1)

Hukou, le système de permis de résidence, est largement responsable de cette situation, car il permet à son détenteur d’avoir accès gratuitement aux services sociaux, tels que les soins médicaux ou l’éducation, dans la région où il vit. Par exemple, un enfant qui déménage avec ses parents d’un village à une ville ne pourra aller ni à l’école ni chez le médecin gratuitement. Pour beaucoup de travailleurs, emmener les enfants représente ainsi une charge financière trop lourde (Al Jazeera, 101 East, 2016).

De plus, dans les centres urbains, les longues heures de travail et les trajets interminables laissent peu de temps aux parents pour prendre soin de leurs enfants. Dans certains cas, les parents vivent même dans des dortoirs d’usine où les enfants ne sont pas autorisés (The Economist, 2015)

« Je suis si inquiète parce que je ne suis pas avec lui […] Je m’inquiète pour sa sécurité. » Liu Ting

Les enfants oubliés sont vulnérables parce qu’ils n’ont pas de parents pour les protéger ou les défendre. Ils peuvent être victimes d’agression à l’école ou de mauvais traitements (de la part de leurs tuteurs ou d’autres personnes malveillantes). En 2015, « un professeur a été condamné à la prison à vie pour avoir violé 12 de ses élèves, dont 11 étaient des enfants délaissés » (The Economist, 2015). La même année, une jeune fille handicapée de 15 ans et son frère, tous deux abandonnés, ont été assassinés par des parents éloignés qui, ayant violé la fille, avaient peur d’être découverts (ibid.). Cette situation pose également un autre problème de sécurité : livrés à eux-mêmes pour survivre et privés de la surveillance des adultes, les enfants oubliés sont susceptibles de se tourner vers la criminalité.

« Je sais que c’est dur pour maman et papa de gagner de l’argent […] mais ils me manquent tellement, c’est vraiment très douloureux. » Tang Yuwen

L’organisation non gouvernementale chinoise Sur le chemin de l’école (Shangxuelushang) rapporte que 9 millions d’enfants délaissés ne voient leurs parents qu’une fois par an (Pedroletti, 2016) et que plus de 2 millions n’ont reçu aucun appel téléphonique de la part de leurs parents de l’année (China Development Brief, 2015). L’absence des parents a un impact sur la santé mentale des enfants : les enfants oubliés sont enclins à se sentir abandonnés, à faire de l’anxiété et de la dépression ainsi qu’à manquer d’estime de soi . Cette problématique peut parfois mener à des évènements tragiques : en 2015, dans la ville de Bije, un garçon de 13 ans, qui avait empoisonné ses petites sœurs avant de se suicider, a laissé une lettre expliquant qu’il rêvait à la mort depuis des années (The Economist, 2015). De plus, la recherche les comparant avec des enfants qui vivent avec leurs parents révèle que l’absence d’un modèle parental a aussi un impact sur la performance scolaire des enfants délaissés, leur fonctionnement émotionnel et social ainsi que leur développement (The Economist, 2015).

« Maman et papa ont une vie difficile, je ne veux pas qu’ils s’inquiètent pour moi. » Tao Lan, 14 ans..

Pour résoudre ce problème, le gouvernement chinois a mis sur pied un programme ayant pour but de former les travailleurs sociaux qui aident les enfants abandonnés. Malheureusement, sa portée n’est pas très grande et seulement 0,5 % des enfants oubliés en bénéficient actuellement (The Economist, 2015). La réforme du système Hukou pourrait être une solution, car elle offrirait aux parents la possibilité d’emmener leurs enfants avec eux. Finalement, créer des emplois à la campagne pourrait également permettre aux familles de rester ensemble (ibid.).

(1) Toutes les citations de parents et d’enfants utilisées comme sous-titres sont extraites de l’article de la BBC « Estimer le coût des enfants délaissés de Chine » dans http://www.bbc.com/news/world-asia-china-35994481

écrit par : Salomé Guibreteau
traduit par : Céline Cloarec
Proofread by : Marlaine Savard

Sources

 

 

Al Jazeera, 101 East. (2016, December 1). China’s Left-Behind Generation. Retrieved April 20, 2017, from Al Jazeera: http://www.aljazeera.com/programmes/101east/2016/11/china-left-generation-161130065311382.html

China Development Brief. (2015, June 24). Road to School releases white paper on mental issues facing China’s left-behind children. Retrieved from China Development Brief: http://chinadevelopmentbrief.cn/news/road-to-school-releases-white-paper-on-chinese-left-behind-childrens-mental-condition/

Hu, X. (2012, January 4). China’s Young Rural-to-Urban Migrants: In Search of Fortune, Happiness, and Independence. Retrieved April 19, 2017, from Migration Policy Institute: http://www.migrationpolicy.org/article/chinas-young-rural-urban-migrants-search-fortune-happiness-and-independence

Pedroletti, B. (2016, Mars 29). En Chine, au pays des enfants délaissés. Retrieved April 19, 2017, from Le Monde: http://www.lemonde.fr/international/visuel/2016/03/29/en-chine-au-pays-des-enfants-delaisses_4891826_3210.html

Sudworth, J. (2016, April 12). Counting the cost of China’s left-behind children. Retrieved April 20, 2017, from BBC: http://www.bbc.com/news/world-asia-china-35994481l

The Economist. (2015, October 17). China’s left-behind little match children. Retrieved April 19, 2017, from The Economist: http://www.economist.com/news/briefing/21674712-children-bear-disproportionate-share-hidden-cost-chinas-growth-little-match-children

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.