Enfants du Vietnam

Enfants du Vietnam

Concrétiser les Droits de l’Enfant au Vietnam

Suite à la guerre, le Vietnam a connu un accroissement démographique important contribuant à rendre l’accès aux services très inégalitaire. Le pays est également sujet à de nombreuses catastrophes naturelles. Entre tremblements de terre, inondations et tsunamis, le Vietnam a parfois bien du mal à se relever de ces crises successives qui ne font qu’aggraver la pauvreté.

Carte du Respect des Droits de l'Enfant dans le monde   carte_Vietnam

orangeIndice de Concrétisation des Droits de l’Enfant: 7.72/ 10
Niveau orange : Problèmes sensibles

Population : 92,5 millions
Pop. de 0-14 ans : 25,2 %

Espérance de vie : 76 ans
Mortalité des – de 5 ans : 17 ‰

 

1. Situation des enfants

Principaux problèmes rencontrés par les enfants au Vietnam:

Pauvreté

Depuis 20 ans, le Vietnam a fait des progrès considérables pour lutter contre la pauvreté. Pourtant, la croissance est encore loin de toucher les populations marginalisées qui vivent dans les régions éloignées, les montagnes du nord, les hautes terres du centre du pays et autour du delta du Mékong.

Santé

Le Vietnam connait un fort accroissement démographique. Les besoins et les services de santé sont de plus en plus sollicités par la population vietnamienne. En 2008, seule 42 % de la population bénéficiait d’une couverture santé. Aujourd’hui, tous les enfants de moins de 6 ans peuvent en disposer gratuitement mais l’accès aux soins reste encore très inégalitaire.

En outre, même si des progrès notables sont observés, les infrastructures hospitalières ainsi que le personnel médical ne peuvent plus accueillir et s’occuper de toutes les personnes vulnérables. Par exemple, dans la ville d’Hô Chi Minh, le centre économique du Vietnam, il n’y aurait que 8,2 médecins pour 10.000 habitants.

Enfin, le secteur de la santé au Vietnam reste majoritairement subventionné par les organisations internationales.

Éducation

Au Vietnam, des progrès importants ont été réalisés pour que tous les enfants puissent avoir accès à l’éducation. L’école primaire est officiellement gratuite et permet à plus de 96% des enfants âgés de 6 à 11 ans, d’avoir accès à l’enseignement.

Cependant, le taux de fréquentation de l’enseignement secondaire est nettement inférieur. Les frais de scolarité universitaires sont beaucoup trop chers. Estimés à plus de 960 dollars US par an, il est impossible pour les familles pauvres gagnant, en moyenne, 240 dollars US d’y avoir accès.

Prostitution infantile

Bien que la prostitution soit interdite, elle prolifère de plus en plus dans les rues des grandes villes vietnamiennes. La prostitution infantile est en constante augmentation. Aujourd’hui, on compte environs 40 000 enfants prostitués. Ces derniers toucheraient en moyenne 10 dollars par prestation.

Ces enfants travaillent dans des magasins d’alimentation ou des restaurants pendant la journée, puis, après leur service, ils sont vendus par les propriétaires de ces établissements afin de se prostituer.

Bien souvent, la prostitution ne s’arrête pas aux frontières du pays. De nombreux enfants sont victimes de traite et sont envoyés dans différents pays pour y être exploités sexuellement. Au Cambodge par exemple, un tiers des enfants prostitués viendraient du Vietnam.

Enfants des rues

Selon les estimations, plus de 65 000 enfants errent dans les principales villes vietnamiennes dont 7600 dans la capitale et plus de 18 800 à Hô Chi Minh.

Ce phénomène n’a pas échappé aux autorités qui, à chaque grand événement, tentent de masquer cette misère en internant les enfants des rues dans des centres sociaux. De nombreuses campagnes d’arrestations auraient été menées par les autorités ces dernières années. Plusieurs enfants qui en ont fait les frais et témoignent du mauvais traitement qui leur a été infligé suite à l’arrestation.

Travail des enfants

Plus de 16% des enfants âgés entre 5 et 14 ans travaillent. L’âge minimum pour travailler est de 15 ans (18 pour des travaux dangereux) mais il existe quelques exemptions pour certains travaux, sports traditionnels et activités artistiques.

Certains enfants travaillent alors légalement dans les villages d’artisanat traditionnel, les entreprises saisonnières et les activités de restauration. Cependant, les conditions de travail sont inadaptées (horaires supplémentaires, travail de plus en plus pénible).

La majorité des enfants est recrutée pour effectuer des travaux illégaux tels que la prostitution, le racolage, la vente de drogue ou à la sauvette.

Apatrides et Invisibles

Au Vietnam, 12% des enfants ne seraient pas enregistrés à la naissance. Certaines femmes non mariées n’enregistrent pas leur enfant par honte. Elles sont, à tort, persuadées que les enfants nés hors mariage ne peuvent pas être enregistrés.

Moins de la moitié des familles n’enregistrent pas leur enfant dans les délais légaux. Les autorités vietnamiennes ont aboli les pénalités de retard et élargit les délais espérant que le nombre d’enfants apatrides diminuent. Ainsi, le délai est fixé à un mois dans les régions de plaine et à deux mois dans les régions reculées et les hauts plateaux montagnards.

Enfants des minorités

Les minorités qui vivent dans les montagnes et dans des conditions d’extrêmes pauvreté ont peu accès à l’éducation d’une part, parce qu’ils vivent trop éloignés des écoles et, d’autres part, car l’enseignement est donné en vietnamien, une langue qu’ils ne maitrisent pas. Les parents n’ont bien souvent pas conscience de l’importance donnée à l’éducation ou la santé.

 

Histoires d’enfants

Soyez le premier à témoigner!

Ajouter un témoignage

 

L’enfant dans la culture du pays

«Un enfant sans Père est comme une maison sans toit ».
(Proverbe vietnamien)

Place des filles et des garçons: les femmes vietnamiennes occupent une place secondaire dans la famille. Dès la naissance, les filles sont dans une situation désavantageuse et ne sont pas considérées comme nécessaire dans le patrimoine. «Si vous avez un fils, vous pouvez dire que vous avez un descendant. Mais vous ne pouvez pas le dire même si vous avez dix filles» explique Lam, vietnamien. Avoir un garçon dans la famille est particulièrement apprécié. Il assumera les fonctions de son père défunt.

La vie après la mort: La grande majorité des vietnamiens croient à une vie après la mort. Une des obligations morales pour les vivants, en particulier les enfants du défunt, c’est de veiller à ce que les funérailles soient convenables pour faciliter le mouvement de l’âme du monde des vivants vers celui que les vietnamiens appelle « l’autre monde ». Une âme qui ne se déplace pas vers l’autre monde est condamné à devenir un fantôme maléfique errant. L’autre monde est identique à celui des vivants. Pour y vivre, le défunt a besoin de se nourrir, d’argents et de vêtements. C’est alors travers des rites mortuaires que la famille du défunt vient à offrir quelques uns de ces besoins nécessaires à la vie dans l’au delà.

Ajouter une information

 

Adhésion du pays à la CIDE

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) est le premier texte international juridiquement contraignant de protection des Droits de l’Enfant.

Date de signature : 26 janvier 1990
La signature indique que l’intention de l’Etat d’examiner le traité national et d’envisager de ratifier.

Date de ratification:28 février 1990
La ratification signifie qu’un État accepte d’être juridiquement lié par les dispositions de la Convention.

Déclarations et Réserves:

Le Vietnam n’a émis aucune réserve à l’application de la CIDE. Le Gouvernement est donc lié par l’ensemble des droits garantis par la Convention.

 

Haut de page

2. Où s’adresser ?

  • Numéro d’assistance pour les enfants vietnamiens: 18001567 (appel gratuit).
  • Contacter le bureau vietnamien de l’Unicef : Bureau de l’Unicef à Hanoï
  • Pour dénoncer des abus ou autres violations des droits de l’enfant, nous vous recommandons de vous adresser à la police ou à un spécialiste (avocat ou éventuellement ONG – voir annuaire ci-dessous).

Viet Nam
    • Enfants du Mékong : intervient dans le parrainage d’enfants et met en place des programmes en faveur du développement durable dans les pays d’asie du Sud-Est.
    • Human Trafficking : intervient dans le domaine de l’éducation, la santé et vise à protéger les enfants vulnérables comme les handicapés, les enfants des rues, les enfants exploités sexuellement et victimes de maltraitance.
    • Humanitarian Services for Children of Vietnam : met en place plusieurs programmes spécialisés tels que l’éducation, l’accès à l’alimentation, l’assistance médicale. Elle vient notamment en aide aux orphelins et aux handicapés physiques et mentaux.
    • Les Enfants du Dragon : met en oeuvre plusieurs projets liés à la nutrition, à la construction d’écoles, d’hôpitaux et d’orphelinats.
    • Les Enfants du Vietnam : organisation qui oeuvre pour le bien être des enfants vietnamiens. Elle met en place un système de parrainage d’enfants afin de leur offrir une alimentation saine et des fournitures scolaires.
    • Paul’s Kids Vietnam Children’s Charity : oeuvre dans le domaine de l’éducation et de la santé. Elle aide également à l’adoption d’enfants.

Ajouter une ONG / un lien

Ces liens sont des sites indépendants d’Humanium, qui ne garantit pas leur qualité (Conditions générales d’utilisation).

 

Haut de page

3. Agir pour les enfants

Pour découvrir un autre pays, cliquez sur un continent

 

 

Ecrit par : Fanny Busuttil
Revu par : Lucile Michel et Nawel Alioua
Mise à jour le 15 Mars 2012
Haut de page