Lonza interview Humanium : faire du monde un meilleur endroit pour les enfants

Posted on Posted in Vie de l'Association

J’ai récemment été interviewé par mes collègues de Lonza Basel où je travaille comme avocat spécialisé dans la protection des données quelques jours par semaine afin de permettre à Humanium de rester pleinement bénévole. Ils étaient très intéressés à en savoir plus sur notre mission et nos projets et j’ai eu l’occasion de partager plus de détails sur notre dernier projet en Inde où, avec notre partenaire local Hand in Hand India, nous avons récemment ouvert le centre de formation spécial résidentiel dans le Madhya Pradesh.
Profitez de l’interview!
Avec un sourire,

Arndt Soret, CEO fondateur

Faites connaissance avec Arndt Soret de l’équipe juridique de Lonza Basel. Parallèlement à son travail chez Lonza, il est également co-fondateur et PDG de Humanium, une ONG internationale dédiée à la lutte contre les violations des droits de l’enfant dans le monde.

Arndt, pourriez-vous nous en dire un peu plus sur Humanium ?

En 2008, j’ai cofondé Humanium à Genève avec un seul objectif : le bien-être des enfants dans le monde entier. Notre association œuvre pour une amélioration concrète de leurs conditions de vie et de leurs droits fondamentaux. Les objectifs de Humanium s’articulent autour de quatre approches complémentaires :

  • Sensibiliser chaque année dans le monde entier plus de cinq millions de personnes aux droits de l’enfant.
  • Offrir une assistance juridique aux victimes de violations des droits de l’enfant.
  • Organiser des ateliers de leadership interactifs sur les droits des enfants. 
  • Soutenir les partenaires locaux avec des projets d’aide aux enfants.

Comment et pourquoi vous êtes-vous impliqué dans le monde des organisations à but non lucratif ?

Quand j’étais plus jeune, 42 000 enfants mourraient chaque jour – pour des raisons qui auraient pu être évitées. De nos jours, il n’y a «que» 15 000 décès par jour. Mais bon, chaque mort d’enfant est une mort de trop.
À l’âge de sept ans, j’ai commencé une grève de la nourriture, pensant que si je ne mangeais pas, les autres dans le besoin en auraient plus. Lorsque mes parents m’ont amené chez le médecin, j’ai malheureusement appris que ma nouvelle méthode ne résoudrait rien.
Le besoin d’aide s’est fait sentir jusqu’à la fin de mon adolescence. J’ai donc fait un stage à l’ONU en 2000. Après cela, j’ai créé un groupe de personnes partageant les mêmes idées à Genève – la ville où, depuis 2006, je vis et travaille à faire de notre cause une réalité dans la vie de nombreux enfants, mais aussi de ceux qui les entourent : des familles aux enseignants, en passant par les gouvernements locaux. Nous travaillons essentiellement pour les localités et les communautés les plus pauvres, car mon plus grand souhait est de garantir que 90% des fonds sont injectés là où le besoin est le plus nécessaire – d’où la raison pour laquelle gérer mon «propre» organisme à but non lucratif me semble logique.

Humanium a pour priorité d’assurer la protection des enfants et leur bien-être. Quels sont vos projets en cours ?

Depuis nos débuts, nos projets se sont concentrés sur l’Inde et, au cours des cinq dernières années, nous nous sommes également concentrés sur le Rwanda. Dans ces deux pays, beaux mais pauvres, nous défendons les droits des enfants et organisons des ateliers pour les enfants, bien sûr, mais aussi pour les enseignants, les familles et les dirigeants locaux afin de les sensibiliser à avoir moins d’enfants et à les élever correctement.
En conséquence, les générations futures seront placées dans une bien meilleure santé physique et mentale et, espérons-le, continueront généralement à faire de ce monde un endroit plus sûr pour tous. Pour nous, chez Humanium, développer la résilience de manière durable est crucial.

En juillet 2019, nous ouvrons un pensionnat pour filles en Inde, situé dans la région de Madhya Pradesh, où nous serons actifs pour la première fois. Eradiquer le travail des enfants et mettre fin au mariage des enfants est notre priorité principale.
Vingt-six des filles déjà inscrites (de 12 à 14 ans) allaient être offertes à des hommes beaucoup plus âgés par leurs familles. Comme vous pouvez l’imaginer, la première étape, qui est franchie même avant l’ouverture de l’école, est la plus importante : «enseigner» à ces familles que l’éducation est la solution, car pour elles, c’était un investissement à trop long terme.

Pourquoi un internat?

Souvent, les enfants doivent parcourir deux à trois heures en bus pour se rendre à l’école. Cet obstacle est trop difficile à surmonter pour beaucoup. C’est pourquoi un internat, avant tout un internat féminin, aide les parents à surmonter leur peur des agressions sexuelles. De plus, nous installerons des caméras et les enseignants n’auront que des enseignantes à l’école.

En ce qui concerne les parents, les trouvez-vous disposés à envoyer leurs enfants au pensionnat alors qu’ils ont souvent besoin d’eux pour travailler?

C’est un aspect important. Nous entendons souvent : « Nous avons besoin de quelque chose à manger maintenant ! Nos enfants doivent travailler ! » L’une des premières étapes consiste à sensibiliser à l’aide publique gratuite existante ainsi qu’à des partenaires qui peuvent travailler avec les parents pour trouver les solutions les mieux adaptées à chaque famille. C’est pourquoi nous sommes ravis d’avoir Hand-in-Hand comme partenaire local. Leur énergie est sans fin : parler aux parents, leur expliquer les différentes possibilités, ouvrir de nouvelles perspectives sur les avantages de l’éducation, pour n’en nommer que quelques-unes. Le problème vient rarement de l’enfant : il provient généralement des parents qui ont besoin de motivation. Pour inspirer et motiver les parents désillusionnés, nous organisons en permanence avec eux des ateliers sur les droits des enfants, par exemple. C’est incroyable de voir leurs progrès.

Votre énergie est impressionnante et c’est une grande source d’inspiration pour nous tous. Cependant, comment arrivez-vous à jongler entre les vies de Humanium et de Lonza?

C’est un investissement de temps de 50-50%. Pensez-y comme si les droits de l’homme constituaient le parapluie, étant donné que je suis le principal conseiller juridique en matière de protection de la vie privée à Lonza. La liberté d’expression est ce que l’on appelle dans les conventions sur les droits de l’homme et les droits de l’enfant. Nous avons nos partenaires locaux en Inde et au Rwanda qui effectuent le travail quotidien et nos équipes de bénévoles effectuent leur travail à partir d’ici et travaillent sur le terrain une fois, deux fois par an seulement.
À propos, en 2016, Lonza a parrainé la construction d’un pipeline au Rwanda. L’Unicef ​​avait construit des écoles et je me demandais pourquoi elles étaient vides. La raison en était simple : les enfants travaillaient et portaient de l’eau sur la tête plusieurs heures par jour. Donc : Pipeline d’abord, les enfants à l’école et nos ateliers et formations pédagogiques ont commencé.

Pour terminer sur une note positive, quel est le souvenir le plus cher que vous ayez eu lors de votre travail avec Humanium?

Je crois que je dis ce qui suit au nom de tous les parents : voir les enfants grandir et évoluer. Le moment où des milliers d’enfants heureux se joignent à nous pour nous souhaiter la bienvenue – je suis maintenant connu sous le nom de Muzunghu («homme blanc» en langue locale rwandaise). Un moment particulièrement touchant a été le moment où, il y a dix ans, j’ai payé de ma propre poche une opération du cœur pour un garçon en Inde, j’ai passé du temps avec lui à l’hôpital… Et le voir aller à l’université aujourd’hui a largement contribué à ce que chaque voyage vaille le coup.

Olivier Soret (cofondateur de Humanium avec Arndt) Sandip et sa grand-mère. Avec Arndt, ils ont rencontré Sandip quand il était à l’hôpital et ont financé son opération. Aujourd’hui, il fréquente l’université.