Enfants de Saint-Marin

Enfants de Saint-Marin

Concrétiser les Droits de l’Enfant à Saint-Marin

 

Enclavé à l’intérieur de l’Italie et 5ème plus petit État du monde, Saint-Marin est un pays qui compte environ 5’000 enfants de moins de 15 ans. En d’autres termes, ce « monde » assez petit facilite l’application de la Convention des Droits de l’Enfant.
Saint-Marin accorde ainsi une grande importance à la protection et à la promotion des droits des enfants, et alloue des ressources considérables pour leur assurer une protection adéquate à toutes les étapes de leur vie.

  SAINT-MARIN

Indice de Concrétisation des Droits de l’Enfant: 8,83 / 10
Niveau jaune: situation plutôt bonne

Population: 32,5 mille
Pop.de 0 à 14 ans: 16,6 %

Espérance de vie: 83 ans
Mortalité des moins de 5 ans: 3 ‰

Principaux problèmes des enfants à Saint-Marin :

Education

Le taux d’alphabétisation est estimé à 98% et la scolarité (gratuite) est obligatoire jusqu’à 16 ans. Les cours sont dispensés en italien.
Etant donné la petite taille du pays, Saint-Marin ne possède qu’une seule université: l’Università degli Studi di San Marino.
A Saint-Marin, tous les enfants, y compris ceux qui souffrent de troubles ou de handicaps, vont à l’école.

Justice

enfant-saintmarinL’âge de la responsabilité pénale, jugé trop bas notamment par le Comité des Droits de l’Enfant, y est fixé à 12 ans. Selon l’article 10 du Code pénal, un enfant de moins de 12 ans ne peut se voir imputer un crime. Cependant, un mineur de plus de 12 ans peut être condamné, après vérification de ses capacités mentales, à une peine réduite.

En ce qui concerne l’administration judiciaire pour mineurs, la loi pénale prévoit qu’une personne de moins de 18 ans condamnée peut être amnistiée – ou graciée – lorsque, au vu des informations dont il dispose, le juge parvient à la conclusion que celle-ci ne récidivera pas.

Il n’existe pas de tribunal pour mineurs à Saint-Marin même s’il a été mis en place , au sein des tribunaux, une section spéciale chargée des questions relatives aux mineurs.

Saint-Marin n’oblige pas au service militaire.

Santé

Le pays est classé parmi les 3 meilleurs fournisseurs de services médicaux d’Europe.

La sécurité sociale ne dépend pas de l’acquisition de la nationalité saint-marinaise et tous les habitants du pays peuvent ainsi bénéficier d’une protection en matière de santé.

Néanmoins, comme dans beaucoup de pays développés, on note malheureusement une forte prévalence de l’obésité.

Par ailleurs, l’avortement est strictement interdit à Saint-Marin, même en cas de risque pour la vie de la femme enceinte. C’est une des législations européennes les plus restrictives dans ce domaine.

Violences

Il a été demandé à Saint-Marin d’établir des données statistiques sur les sévices et la négligence dont sont victimes des enfants. Sans chiffres, il est difficile de savoir ce qu’il en est réellement.

Le Comité des Droits de l’Enfant a quand même demandé à l’état de prendre davantage de mesures afin de protéger les enfants contre toutes formes de violences, d’atteintes, de brutalités physiques ou mentales, d’abandons, de négligences, de mauvais traitements ou d’exploitations.

Pour ce qui est des châtiments corporels, la législation en vigueur dans le pays punit les abus de pouvoir de correction, considérés comme des délits.