Enfants d’Espagne

Enfants d’Espagne

Concrétiser les Droits de l’Enfant en Espagne

 

Pays développé intégré dans le marché économique européen, l’Espagne possède pourtant un taux assez élevé de personnes pauvres. De grandes différences existent entre les plus riches et les plus pauvres, générant des discriminations qui empêchent, aux enfants issus de familles pauvres de jouir pleinement de leurs droits.

  ESPAGNE

Indice de Concrétisation des Droits de l’Enfant: 8,92 / 10
Niveau jaune: Situation plutôt bonne

Population: 47,8 millions
Pop.de 0 à 14 ans: 15,1 %

Espérance de vie: 82,1 ans
Mortalité des moins de 5 ans: 4‰

Principaux problèmes rencontrés par les enfants en Espagne:

Pauvreté

L’Espagne doit affronter un fléau difficile : la pauvreté. En effet, au moins 20 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Ce constat est dramatique pour un pays dans lequel le niveau de vie est assez élevé; cela entraîne des conséquences négatives sur la situation des enfants. Ces derniers, du fait de ressources financières insuffisantes ont des difficultés pour accéder à l’éducation à la santé et à une alimentation saine.

Droit à la santé

Le système de santé espagnol est assez bien développé; personnels et matériels médicaux sont à la disposition de la population. De plus, l’accès aux soins en Espagne est gratuit, ce qui constitue un important facteur de lutte contre les discriminations.

Néanmoins, le pourcentage de personnes vivant avec le VIH, reste assez élevé. Les autorités sanitaires doivent procéder à des campagnes d’informations et de prévention sur les risques de transmission du VIH aux enfants afin d’en limiter la diffusion.

Violences envers les enfants

Malgré la mise en place de service de protection de l’enfance, l’Espagne recense de multiples cas de maltraitance d’enfants par an; environ 800 000 cas de violences domestiques ont été recensés en 2007.

Les enfants victimes de maltraitance le sont soit en tant que témoin, soit en tant que victime directe. Il est dramatique que certains de ces enfants aient été assassinés parce qu’ils étaient de nationalité différente.

Les enfants migrants sont, eux aussi, victimes de violences physiques et psychologiques au sein des centres de détention. Parfois privés d’éducation, de loisirs, de sorties, ils se renferment sur eux mêmes et deviennent plus agressifs. Un rapport du Médiateur national daté de 2009 précise que pour calmer l’agitation des enfants, il leur était administré différents médicaments.

Enfants réfugiés

L’Espagne est confrontée à une forte immigration de personnes venant principalement d’Afrique ou d’Europe de l’Est. Ces migrants ou réfugiés arrivent en groupe et souvent accompagnés de leurs enfants.

Les enfants, vulnérables et fragiles doivent souvent marcher durant des heures ou se cacher dans des camions avant de pouvoir arriver en Espagne. Ce trajet s’est parfois révélé dramatique pour certains d’entre eux  qui y  ont perdu leur vie.

Une fois arrivés, l’amélioration de leur situation n’est pas garantie. Bon nombre de ces mineurs se retrouvent  parfois seuls en Espagne, sans leurs parents. Manquant de nourriture, ils sont confrontés à la vie dans la rue et à un accès difficile à l’eau.

Le gouvernement espagnol doit alors améliorer l’accueil de ses enfants mais également les conditions dans lesquelles il les renvoi vers leur pays d’origine.

Discrimination

La discrimination touche particulièrement les enfants roms et les enfants migrants. Plus particulièrement, du fait de leur origine différente, ils voient leur accès à l’éducation limité, voire interdit.

Malgré son adhésion à la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, l’Espagne doit tenter d’éradiquer les formes de discrimination présentes dans son pays.

Des mesures positives luttant contre ces discriminations ont été mises en place.

Protection judiciaire et pénale des enfants

En Espagne, selon la réglementation en vigueur, les enfants étrangers bénéficient de la même protection judiciaire et pénale que les enfants espagnols. Toutefois tel n’est pas le cas en réalité.

En effet, les enfants migrants, qui devraient bénéficier d’une protection judiciaire sont confrontés à la lenteur et au retard des autorités espagnoles. Ces enfants sont alors placés dans des centres de détention dans lesquels le respect de leurs droits n’est pas toujours garanti.