Enfants de Mongolie

Enfants de Mongolie

Concrétiser les Droits de l’Enfant en Mongolie

La Mongolie, dont la densité de population est la plus faible au monde, est un pays où les enfants ne sont pas des plus malheureux. De grandes inquiétudes demeurent toutefois concernant la situation des enfants vivant dans les rues et ceux issus de peuples nomades.

Carte du Respect des Droits de l'Enfant dans le monde  Carte_MONGOLIE

Indice de Concrétisation des Droits de l’Enfant: 8,04 / 10
Niveau orange : Problèmes sensibles

Population : 2,9 millions
Pop. de 0-14 ans :
27,3 %

Espérance de vie : 67,5 ans
Mortalité des – de 5 ans :
 19 ‰

Principaux problèmes rencontrés par les enfants en Mongolie :

Pauvreté

La pauvreté sévit en Mongolie : 36 % de la population vit en-dessous du seuil minimal vital. Cette situation préoccupante est accrue par les disparités entre les zones rurales et urbaines.

Les  enfants mongols souffrent directement des conséquences de ce manque de ressources notamment  dans les domaines de la santé, l’alimentation, l’hygiène ainsi que de l’éducation. La population évoluant dans les bidonvilles est la plus fortement atteinte.

Santé

Les problèmes de santé touchant spécifiquement les adolescents sont en constante augmentation. Les principaux facteurs déclenchant sont le stress, la dépression, l’addiction au tabac ainsi qu’à la drogue. Ces dangers de plus en plus virulents touchent notamment les jeunes vivant dans les zones urbaines et en particulier les filles.

Les moyens de prévention, d’information et d’accompagnement de ces adolescents en difficulté sont faibles. On constate ainsi que le pays est détenteur d’un des taux de suicide les plus élevés.

Droit à l’éducation

La Mongolie a réalisé de gros efforts en matière d‘éducation. Elle a notamment instauré la gratuité de l’école ainsi que le caractère obligatoire de celle-ci. Cependant, certains problèmes demeurent.

On constate dans ce pays une grande sous représentation des garçons à l’école. Ces derniers arrêtent très tôt leur scolarité. Le rôle que les mentalités traditionnelles leur attribut dans la famille ne nécessite pas d’étudier jusqu’à l’adolescence.

L’autre problème des plus inquiétants en Mongolie est la persistance des châtiments corporels dans les écoles. En effet, ces types de punition sont encore largement acceptés et pratiqués par les enseignants. Les conséquences néfastes sur la santé physique et psychique des enfants peuvent s’avérer lourdes et durables.

Malgré les améliorations éducatives proposées par le gouvernement mongol, des efforts sont encore à entreprendre notamment pour soutenir les populations qui sont géographiquement isolées et de ce fait ne permettent pas aux enfants de poursuivre un cursus scolaire normal et équivalent aux habitants des zones urbaines.

Travail des enfants

18 % des enfants sont économiquement actifs en Mongolie. Beaucoup d’entre eux abandonnent l’école afin de trouver un travail et contribuer ainsi aux besoins de leur famille. Ils sont employés dans des milieux dangereux mettant bien souvent leur santé, voire leur vie en danger.

Le secteur des mines ou celui de l’agriculture emploie ainsi bon nombre d’enfants. Ces emplois sont très risqués et exténuants pour de jeunes enfants en plein développement physique. Les répercussions sur leur santé physique et morale sont donc nombreuses. De plus, le commerce de l’or, très répandu en Mongolie, engendre beaucoup de problèmes pour les enfants qui y participent. Les produits chimiques employés pour le traitement de cette matière sont extrêmement nocifs pour leur santé.

Enfants des rues

Le nombre d’enfants vivant dans les rues est en constante augmentation en Mongolie. Fuyant la pauvreté ou la maltraitance de leur région d’origine, ces enfants rêvent d’une vie meilleure dans les grandes villes. Malheureusement, la situation est loin d’être telle qu’ils l’espéraient, et le combat pour survivre est dur et semé d’embuches. A Oulan-Bator, la capitale, on dénombre 400 000 enfants dans cette situation.

Les conditions de vie sont dramatiques, ces jeunes luttent jour et nuit pour s’alimenter et  se loger. Beaucoup de trafiquants profitent de leur situation précaire. Les enfants sont alors à la merci des commerces de la drogue et du sexe. Ils sont exploités sans scrupule, abusés économiquement ou même sexuellement et leurs perspectives d’avenir deviennent sombres et tragiques.

Enfants handicapés

Malgré de récents efforts du pays en la matière, la situation des enfants handicapés demeure fragile. Ils sont encore mis en marge de la société et ne bénéficient pas de tous les droits sensés leur être reconnus. Les services et organismes spécialisés pour les enfants handicapés sont largement insuffisants.

Aussi, leurs droits ne sont pas pleinement garantis et leurs accès aux services publics s’en voient restreint. Ces enfant rencontrent, par exemple, des difficultés en matière d’accès à l’éducation ainsi qu’aux soins particuliers nécessaires à leur état de santé.