Enfants du Tadjikistan

Enfants du Tadjikistan

Concrétiser les Droits de l’Enfant au Tadjikistan

Le Tadjikistan a beaucoup souffert ces dernières années : guerre civile, crise économique et sociale, pauvreté, corruption… Les enfants n’ont pas été épargnés par ces fléaux. Néanmoins, le respect de leurs droits, encore fragile actuellement, se renforce de jour en jour.

Carte du Respect des Droits de l'Enfant dans le monde  carte_tadjikistan

Indice de Concrétisation des Droits de l’Enfant: 7,04 / 10
Niveau rouge : situation difficile

Population : 8,6 millions
Pop. de 0-14 ans : 33,9 %

Espérance de vie : 67,3 ans
Mortalité des – de 5 ans : 39 ‰

 

Principaux problèmes rencontrés par les enfants au Tadjikistan:

Pauvreté

Au Tadjikistan, plus d’un habitant sur deux vit en-dessous du seuil de pauvreté. De plus, le taux de pauvreté est plus élevé chez les enfants que chez les adultes : il est en effet de 66 % chez les moins de 18 ans. Les difficultés financières se répercutent sur une grande partie de leurs droits. L’accès à une bonne éducation, santé, logement… en pâtit incontestablement.

Discrimination sexuelle

Malgré des progrès visibles dans la législation du Tadjikistan, la discrimination à l’égard des femmes et des filles est toujours bien présente dans le pays. Ces dernières sont victimes des mentalités traditionnelles religieuses leur refusant tout rôle actif au sein de la société. Par conséquent, leur scolarisation n’est pas vraiment perçue comme utile et leur accès à de nombreuses institutions publiques est restreint. Les jeunes filles peinent à acquérir la pleine jouissance de tous leurs droits.

Droit à l’éducation

Au Tadjikistan, le taux de scolarisation est plutôt encourageant. Cependant, certains problèmes demeurent préoccupants. La discrimination envers les jeunes filles est, par exemple, très marquée en matière scolaire et  beaucoup d’entre elles abandonnent notamment l’école. De même, l’accès à l’éducation est difficile pour les jeunes vivant dans les zones rurales, principalement pour des raisons financières.

De plus, l’enseignement est de moindre qualité et ne prend pas en compte la diversité culturelle du pays. Les enfants issus de minorités éprouvent entre autre des difficultés face aux langues d’enseignement.

Enfants handicapés

Au Tadjikistan, la prise en charge des enfants handicapés n’est pas pleinement satisfaisante. Ces enfants sont en général placés dans des institutions spécialisées qui ne leur garantissent pas de bonnes conditions de vie et le respect de tous leurs droits. Les bâtiments sont désuets et les services manquent de qualité. Les enfants handicapés ne bénéficient pas d’une éducation correcte, ainsi que de conditions d’hygiène, d’alimentation et de santé idéales.

Maltraitance

Le Tadjikistan a mis en place de nombreux programmes afin d’éradiquer la maltraitance des enfants. Toutefois, ces efforts ne touchent malheureusement pas l’ensemble du pays, et dans certaines régions reculées du territoire, de nombreux enfants sont encore maltraités.

Les châtiments corporels sont notamment encore très utilisés par la population qui a du mal à comprendre les effets néfastes de tels traitements. Ainsi, ces derniers sont parfois perçus comme les seuls moyens efficaces de punir les enfants, notamment dans le cadre familial ou scolaire.

Il est nécessaire que les mentalités évoluent compte tenu des répercussions physiques et morales que ces châtiments peuvent avoir sur les enfants. La législation doit en outre les interdire définitivement et explicitement.

La violence au sein de la famille est très rarement dénoncée, et encore moins punie. Les jeunes filles sont, là encore, plus particulièrement concernées par ce problème.

Travail des enfants

La situation économique difficile du pays contraint environ un enfant sur dix à travailler pour aider financièrement sa famille. La loi du pays ne réprime pas ce fléau dont les conséquences sont très néfastes vis-à-vis des enfants. Ces derniers sont employés dans tout type de métiers : lavage de voiture, vendeur ambulant… ainsi que dans tous les secteurs : agriculture, restauration, ménage…

Au total, on estime que 200 000 enfants âgés de 5 à 14 ans sont économiquement actifs et que, en plus, près de 65 000 travaillent gratuitement. Les conditions sont épuisantes et les répercussions sur leur santé leur éducation ou leur bien-être sont nombreuses.

Avoir un revenu est si indispensable pour certains enfants qu’ils sont contraints d’intégrer des milieux violents et dangereux. Ainsi, ils sont exploités dans des trafics illégaux, tels que le commerce de la drogue ou du sexe. Les enfants sont alors victimes d’abus aussi bien physiques que psychiques.

Droit à l’identité

Au Tadjikistan, plus de 10 % des naissances ne sont pas officiellement déclarées. Ainsi, ces enfants n’ont pas d’identité officielle, ni de nationalité. De nombreuses familles ne peuvent enregistrer la naissance de leurs nouveau-nés en raison de barrières financières et administratives qui les découragent.

Cette situation entraîne de très grandes difficultés pour ces personnes, puisqu’elles ne peuvent jouir de leurs droits étant donné qu’elles sont considérées comme invisibles aux yeux de la société.