Construire une Europe pour et avec les enfants

Dans le cadre de son programme spécial 2012-2015 pour les droits de l’enfant, le Conseil de l’Europe a défini sept bonnes raisons de les promouvoir « partout et par tous en Europe « .

Construire une Europe pour et avec les enfants

1. « Les enfants ne sont pas des mini-êtres humains dotés de minidroits. » Les enfants ont des droits qui leur sont garantis par diverses conventions : au niveau mondial grâce à la Convention internationale des droits de l’enfant et au niveau européen avec la Convention Européenne des droits de l’Homme et la Charte sociale européenne.

2. « Les enfants sont vulnérables, il leur faut plus de protection, pas moins. »  Les enfants sont victimes de nombreuses formes de violence, à l’école, sur internet, dans la rue, dans les centres de détention et parfois même chez eux. Les adultes se doivent de leur prêter une attention particulière et de les protéger, en toutes circonstances.

3. « Rien ne peut justifier la violence à l’égard des enfants. » Dans certains pays et certaines familles, on applique à la lettre des pratiques traditionnelles ou religieuses qui violent l’intégrité physique des enfants. Il est interdit de frapper, mutiler, humilier ou d’infliger tout autre sévice à un enfant.

4. « Toutes les violences à l’égard des enfants peuvent être évitées. » Souvent, les jeunes victimes n’osent pas signaler une maltraitance et restent la proie de leur agresseur, alors que celui-ci pourrait être puni. Parfois aussi, la parole des enfants n’est pas prise au sérieux. C’est pourquoi le Conseil de l’Europe aide les États membres à établir des stratégies de prévention de la violence à l’égard des enfants.

5. « La protection des enfants exige une approche stratégique. » Les politiques étatiques doivent être participatives et inclurent tous les acteurs stratégiques.

6. « Les droits de l’enfant nous concernent tous. » Tout le monde est concerné par les droits de l’enfant. Des parents aux grands-parents, de l’inconnu dans le bus au facteur, en passant par l’État et les associations.

7. « Les droits de l’enfant font grandir l’Europe. » L’Europe souhaitée par le Conseil de l’Europe est à l’image de l’avenir qu’il s’efforce de construire pour les enfants : un espace sûr, qui permet de grandir dans de bonnes conditions et où le bonheur est à la portée de tous.

Publié dans Droits Humains | Marqué avec , | Commentaires fermés

Notre projet à Keelpasar en Inde, une avancée considérable en seulement deux ans !

En 2012 , Humanium a lancé un projet visant à améliorer les conditions de vie des enfants et des villageois dans le village de Keelpasar en Inde. Ce projet de développement communautaire vise à mettre tous les enfants sur le chemin de l’école, tout en améliorant leurs conditions d’hygiène. Ce projet est mis en œuvre depuis 18 mois maintenant et nous sommes vraiment fiers de partager avec vous ses progrès !

KEEL
Les objectifs établis conjointement entre Humanium, ses partenaires locaux et les villageois sont en train de se réaliser et Keelpasar affiche déjà des changements tangibles dans les principaux domaines d’intervention.

Près de 30 élèves de différents niveaux suivent des cours dans un centre d’apprentissage pour enfants (CTC). Grâce à notre appui, notre partenaire local à mis à disposition des cours de mathématiques ainsi qu’un kit d’étude tamoul. Ce kit se révèle efficace pour combler les lacunes d’apprentissage de la plupart des élèves. Un centre médical a été mis en place et fournit des soins de santé ainsi que des formations à la sensibilisation aux principes d’assainissement et d’hygiène.Cette initiative a également influencé la rénovation et le rééquipement de la garderie du village qui accueille quotidiennement plus de 25 enfants âgés de 1 à 5 ans.

KEEL 2
Aujourd’hui, Keelpasar est sur la voie d’une transformation radicale dans les domaines de l’éducation, l’autonomisation des femmes, la santé et l’environnement.

Lakshmi, 24 ans, est mère de deux enfants. Elle suit la formation santé et hygiène et raconte son expérience :
« Maintenant, je sais comment nourrir et nettoyer mon bébé. Avant je n’avais aucune idée que nous avons besoin de faire bouillir l’eau potable. La formation a été très utile pour moi. Je suis toutes les instructions données ».

L’autosuffisance du village de Keelpasar est à sa portée!

Ecrit par : Chloé Bamberger
Publié dans Découvrir l'Inde, Non classé, Vie de l'Association | Marqué avec , , | Commentaires fermés

Promouvoir et protéger les droits des enfants touchés par les conflits armés : le rôle du Représentant spécial de l’ONU

Depuis la tenue du Sommet mondial pour les enfants en 1990, l’une des principales missions de l’Organisation des Nations Unies (ONU) est d’alerter la communauté internationale sur la condition des enfants en situation de conflit armé.

Les conclusions du rapport sur «L’impact des conflits armés sur les enfants» de Mme Graça Machel, experte indépendante nommée par le Secrétaire général de l’ONU en 1996, ont ainsi conduit à l’établissement du mandat de « Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés ». D’une durée de trois ans, ce mandat fait de son titulaire une autorité morale indépendante, qui s’emploie à « promouvoir et protéger les droits de tous les enfants touchés par les conflits armés ».

310-Leila-and-children
Victimes, cibles et de plus en plus souvent instruments de conflits, les enfants sont les premiers affectés par les graves atteintes aux droits de l’homme perpétrées dans le cadre d’affrontements armés partout dans le monde.

L’institution :

Le bureau du Représentant spécial tend à faciliter les activités humanitaires et diplomatiques de ceux qui œuvrent sur le terrain à la protection des enfants touchés par les conflits armés, tout en travaillant en amont sur l’amélioration des législations existantes et la définition d’une action mieux concertée en la matière. Ce bureau est également tenu d’alerter et de reporter les violations graves aux droits de l’enfant, définies par l’ONU.

Ainsi, toute partie à un conflit qui se rend responsable de tueries, de mutilations ou de violences sexuelles à l’égard d’enfants, qui recrute des enfants soldats ou attaque des hôpitaux et des écoles, se verra automatiquement inscrite sur la «liste de l’infamie», dénonçant ainsi 55 forces et groupes armés de 14 pays.

La Représentante spéciale et ses missions :

Nommée en juillet 2012, Mme Leila Zerrougui est la troisième Représentante spéciale du Secrétaire Général pour les enfants et les conflits armés. Dans son rapport du 13 mai 2013, cinq nouveaux plans d’action et de multiples partenariats avec des organisations régionales ont été initiés en vue d’une meilleure coopération.

Des milliers d’enfants ont également été extirpés de groupes armés dans plusieurs pays d’Afrique centrale en 2012, ce qui a conduit à la reconnaissance du recrutement d’enfants au sein de l’armée comme un crime de guerre.

Toutefois, le recrutement continu d’enfants soldats, la fermeture d’un nombre croissant d’écoles et l’accès extrêmement limité à l’aide humanitaire sont autant de sujets de préoccupation qui renforcent la nécessité d’un bureau comme celui de la Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés.

Publié dans Droits Humains | Marqué avec , , , , | Commentaires fermés