La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République Démocratique du Congo

La MONUSCO :

La Mission de l’ONU pour la stabilisation au Congo a changé de mandat le 1er juillet 2010, témoignant de l’évolution de la situation dans le pays. Pour assurer la paix et la sécurité au plan local, les casques bleus sont autorisés à recourir à tous les moyens nécessaires, notamment pour la protection des civils, du personnel humanitaire et du personnel chargé de défendre les droits de l’homme.

L’instabilité du pays :

La région des Grands Lacs connaît des vagues récurrentes de violence, qui ne pourront être résolues que par la mise en place d’un nouveau processus politique.
De plus, le Haut Commissariat aux Réfugiés s’inquiète d’une hausse de la violence sexuelle constatée au Nord-Kivu. Les femmes et les enfants de ce territoire sont menacés par la montée de ce type d’exactions.
La MONUSCO s’est également alarmée des récentes allégations de meurtres, de recrutement forcé et de détention illégale de civils par le Mouvement du 23 mars (M23) qui sévit dans cette région.

La situation semble loin d’être stabilisée et la Mission envoyée par l’ONU porte en elle les espoirs de paix du pays.

Publié dans Paix | Marqué avec , , , , | Commentaires fermés

Laurine Jobin: « Humanium, c’est plus que du virtuel ! »

Photo_Jobin LaurineSi une place se libère, n’hésitez pas ! Même si le stage se déroule depuis votre domicile, grâce à la magie de l’Internet, vous allez embarquer dans un train qui file à toute l’allure. Si votre objectif est la promotion et la défense des droits de l’enfant, alors vous avez fait le bon choix! Destination : le monde (et pas si virtuel que ça !).

En ce moment, Humanium compte cinq stagiaires et plus d’une centaine de bénévoles. Tous sont proactifs et dédiés au développement de l’organisation, en lui fournissant une aide précieuse. Si les bénévoles traduisent les textes qui sont publiés sur le site Internet (quadrilingue), les stagiaires (bénévoles également) quant à eux sont responsables de la bonne marche de l’organisation. En effet, ils coordonnent les différents travaux et projets se déroulant dans leur région de prédilection : l’Asie et le Pacifique, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, l’Afrique subsaharienne, les Amériques (du Nord et du Sud) ou l’Europe et le Caucase.

Notre mission est importante : promouvoir, défendre et faire respecter les droits de l’enfant partout dans le monde, où chaque région représente un nouveau défi. Pour ce faire, il faut allier le soutien offert aux différents partenaires sur le terrain (gestion de projets) au plaidoyer sur la toile. De plus, le stagiaire est amené à répondre directement aux demandes d’aide que l’organisation reçoit via sa ligne d’assistance – un soutien direct apporté aux personnes confrontées à une violation des droits de l’enfant.

Depuis son domicile, le stagiaire maintient un contact direct et sur une base quotidienne avec ses quatre collègues, via Internet (clavardage et vidéoconférence). Il travaille également en étroite collaboration avec eux grâce au partage de documents. Cette méthode de travail offre au stagiaire une grande latitude relativement à la gestion de son temps et donc, moins de stress. Pas besoin de courir prendre son train tous les matins. Un café, un ordinateur et le tour est joué! Vous disposez de tous les outils nécessaires pour mener à bien votre mandat.

Si Humanium a décidé de se départir de ses bureaux physiques et de passer au virtuel, c’est pour une question de réduction des coûts, son objectif étant d’utiliser les généreux dons qui lui ont été confiés, essentiellement pour promouvoir les droits de l’enfant et leurs projets associés.

En bref, Humanium c’est : un engagement récompensé par une expérience riche et inoubliable, une équipe solidaire qui assure la défense et la promotion des droits de l’enfant, et de chaleureux échanges avec les bénévoles et les donateurs. Du virtuel, mais bien réel!

Ecrit par : Laurine Jobin
Relu par : Marlaine Savard
Publié dans Vie de l'Association | Marqué avec , , , | Commentaires fermés

Qu’est-ce que la protection de l’enfance?

L’enfant est un être en devenir. Il est par conséquent vulnérable et mérite à la fois une attention et une protection particulières, et ce, au nom du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant, promu par la Convention relative aux droits de l’enfant (CIDE).

Par « protection de l’enfant », l’UNICEF fait référence à la prévention et à la lutte contre la violence, l’exploitation et les mauvais traitements, y compris l’exploitation sexuelle à des fins commerciales, la traite et le travail des enfants ainsi que les pratiques traditionnelles préjudiciables, comme les mutilations génitales féminines/l’excision et le mariage des enfants

Hands c Danielle Hegseth

La protection doit être assurée par les parents, la communauté et les Etats. Ceux-ci doivent instaurer et garantir un environnement protecteur efficace: mettre en place un cadre légal, c’est-à-dire des lois, mais aussi un système de procédures et d’institutions spéciales, un personnel formé et compétent (magistrats, policiers, assistants sociaux, etc.) destinés à faire respecter les droits des enfants et les devoirs que les parent ont envers eux.  Il s‘agit de mesures de prévention et de répression.

Des sanctions sont ainsi définies contre toute personne coupable d’enfreindre ces règles et de toute atteinte aux droits des enfants.Les Etats prennent aussi parfois le relais des parents dans cette protection, lorsque ceux-ci sont incapables d’assumer leur rôle, lorsqu’ils maltraitent leurs enfants, ou lorsqu’ils décèdent. L’enfant peut alors être placé dans une institution ou une famille d’accueil.

Cette protection vaut pour les situations qui mettent en danger les enfants, qui nuisent à leur santé, à leur bien-être, mais aussi pour les situations de discriminations (enfants handicapés, issus de peuples autochtones ou de minorités, etc.) De manière générale, la protection de l’enfance s’applique à la vie quotidienne des enfants dans un contexte de paix, mais également d’urgence et de crise (catastrophes naturelles, guerre). La protection consiste alors aussi  à prévenir les abus et la maltraitance. Ainsi, l’importance de fournir des services de base aux familles a été démontrée dans la prévention. L’accès aux soins de santé, à l’éducation, à des moyens de subsistance entre autres, réduit les tentations de recourir à des pratiques préjudiciables au bien-être des enfants.

Pour aller plus loin : comprendre le droit à la protection

http://www.humanium.org/fr/comprendre/droit-a-la-protection

http://www.humanium.org/fr/situation-monde/droit-a-la-protection

Sources :

http://www.unicef.org/french/protection/files/La_Protection_de_l_enfant.pdf

http://www.unicef.fr/contenu/notre-action/domaines-daction

Publié dans Droits Humains | Marqué avec , | Commentaires fermés