Enfants des Tonga

Enfants des Tonga

Concrétiser les Droits de l’Enfant aux Tonga

Malgré une nette amélioration ces dernières années, la situation des droits de l’enfant dans les îles Tonga est encore loin d’être parfaite. La pauvreté et l’obésité ont ainsi de graves conséquences sur le développement des enfants et la justice ne prend pas en considération leurs besoins spécifiques.

Carte du Respect des Droits de l'Enfant dans le monde  Carte-TONGA

Indice de Concrétisation des Droits de l’Enfant8.41 / 10
Niveau jaune: Situation plutôt bonne

Population : 106 000
Pop. de 0-14 ans : 37,2 %

Espérance de vie : 72,8 ans
Mortalité des – de 5 ans : 14 ‰

 

Principaux problèmes rencontrés par les enfants aux Tonga:

Justice

Les îles Tonga ne disposent pas d’un système de justice pour enfant, ni de lieu de détention spécifique pour les mineurs, séparé de ceux des adultes. Par conséquent, les droits et les intérêts des enfants ne sont pas toujours convenablement pris en compte à toutes les étapes du processus judiciaire.

Par ailleurs, si les châtiments corporels sont interdits à l’école, ils demeurent autorisés au domicile et dans le système pénal. Ainsi, un enfant en conflit avec la loi peut être condamné à la flagellation (des coups de fouets) dès l’âge de 7 ans à la place ou en plus d’une peine de prison. Le fouet est aussi utilisé comme mesure disciplinaire en prison et dans les centres éducatifs.

Santé

La nourriture et les festins jouent un rôle très important dans la culture tonguienne. Ces coutumes entrainent de sérieux problèmes de poids (60% de la population était obèse en 2004 d’après l’OMS), aggravés ces dernières années par le développement économique du pays et l’accès à une alimentation plus riche. L’obésité commence très tôt chez les enfants et est la cause de nombreux ennuis de santé. (maladies du cœur, des poumons, des articulations, etc.)

De plus, si le pays s’est beaucoup développé, le taux de mortalité infantile y est encore trop élevé et les autorités ont du mal à le faire baisser. Les ressources accordées au secteur de la santé sont déjà utilisées de façon maximale. Le défi est maintenant d’augmenter ces ressources.

Pauvreté

Les îles Tonga font partie des îles les plus développées du Pacifique et le niveau de pauvreté a beaucoup baissé ces dix dernières années. Cependant, tous les habitants ne sont pas à l’abri de la pauvreté. 4% de la population vit avec moins de 1US$ par jour et 6,7% des foyers vivent en dessous du seuil de pauvreté alimentaire, c’est-à-dire qu’ils n’arrivent pas à couvrir financièrement leurs besoins alimentaires quotidiens.

Les familles les plus vulnérables dépendent ainsi de leurs propres récoltes pour se nourrir. Cela favorise l’abandon scolaire de leurs enfants, qui sont contraints d’aller travailler au champ ou dans les plantations, dégradant ainsi un peu les résultats par ailleurs excellents du pays en matière d’éducation.

Handicap

Si les enfants handicapés ne souffrent pas de discriminations, ils ne peuvent cependant pas jouir de tous leurs droits en raison du manque d’infrastructures et de communication de la part du gouvernement. Le Ministère de l’éducation tente d’intégrer peu à peu ces enfants dans les écoles classiques, mais c’est principalement la Croix-Rouge qui s’occupe d’une institution spécialisée pour les accueillir.

Discrimination

La petite communauté chinoise de l’île, qui est bien implantée dans différents secteurs économiques, fait l’objet de discriminations sociales et des crimes sont commis à son encontre.

Les femmes sont elles aussi victimes de discriminations au niveau de la loi, notamment en ce qui concerne l’héritage et les titres de propriété. Ainsi, un garçon né hors mariage peut hériter des biens de son père sans que la femme et la fille de ce dernier ne reçoivent quoi que ce soit.

Les enfants issus de la minorité chinoise et les petites filles ne peuvent donc pas profiter de tous leurs droits sociaux et économiques. Les discriminations les empêchent de vivre totalement en paix et en sécurité.

Environnement

Avec un taux de 1,3 tonne d’émission de CO2 par habitant et par an, l’empreinte écologique du pays a un impact sur la vie des enfants tonguiens et sur leurs perspectives d’avenir, compromettant ainsi leur droit de vivre et de grandir dans un environnement sain.