Enfant-Soldat

Enfant-Soldat

Aujourd’hui, entre 250’000 et 300’000 enfants combattent dans le monde. Leur recrutement commence dès l’âge de 10 ans. Les enfants-soldats sont instrumentalisés en machines de guerre qui exécutent jusqu’à parents et amis.

« Les enfants, ce sont les meilleurs combattants du siècle, mon cher frère. Ils ont plus d’énergie que les vieux. Ils résistent, sans ressentir la douleur physique. »

Lucien, 12 ans, ex-enfant-soldat en République démocratique du Congo (1)

« À notre âge, c’est plus compliqué pour les rebelles. Alors ils utilisent des trucs plus durs, comme la drogue ou l’argent, pour nous appâter et nous faire marcher… Je me souviens de l’attaque du village de Njola-Kombouya, au sud de la Sierra Leone. Ils nous ont fait lever à 1 heure du matin et on a marché jusqu’à 7 heures. Un docteur est venu. Il avait une petite écuelle d’eau froide, et, toutes les deux injections, il rinçait son aiguille dans l’eau. C’était toujours une petite fiole avec du liquide rouge. Au début, je me sentais toujours ramolli et puis après j’avais une impression de puissance surdimensionnée, je me sentais capable de tout… j’avais la rage, la haine, je voulais tout casser. Vous ne pouvez pas comprendre, on nous met dans un tel état que l’on se marre devant toute cette violence, on trouve ça excitant, on n’a pas de limites. »

Moussa, 15 ans, ex-enfant-soldat en Sierra Leone (2).

Définition d’un enfant-soldat

Un enfant-soldat est un être humain âgé de moins de 18 ans, recruté par une armée ou participant simplement à un conflit armé.

Dans certaines sociétés, les enfants sont considérés comme adultes dès l’âge de 14 ou 15 ans. Un jeune de 15 ans qui rejoint un groupe armé peut donc être considéré comme un adulte combattant selon sa propre culture. Le droit international actuellement en vigueur fixe à 15 ans l’âge minimal pour le recrutement dans l’armée et la participation aux conflits. Pourtant, la Convention internationale des Droits de l’Enfant fixe à 18 ans l’âge adulte.

Le rôle des enfants-soldats

Un enfant-soldat n’est pas seulement un membre d’un groupe armé qui participe activement aux hostilités. Un enfant-soldat ne porte pas nécessairement un uniforme et une arme : il peut être recruté dans un groupe armé en tant que cuisinier, porteur, gardien, espion, messager, garde du corps, esclave sexuel, « détecteur » de mines…

Les causes du recrutement des enfants-soldats

Les enfants sont recrutés car ils sont plus dociles, plus obéissants, et plus facilement manipulables que les adultes. Les enfants sont aussi plus inconscients face aux dangers et voient moins la différence entre « absence » et « mort ».

Combiné avec des questions comme la pauvreté, le manque d’accès à l’éducation ou à une formation, la discrimination et la vulnérabilité, les enfants sont des cibles faciles pour le recrutement par des groupes armés. Les enfants orphelins, non accompagnés ou vivants dans un environnement familial difficile, y voient une solution à leurs problèmes, et faire partie d’un groupe armé semble plus sûr que de les affronter. La vengeance, l’identité communautaire et l’idéologie peuvent aussi influencer les enfants.

Les groupes armés ciblent souvent les enfants car ils « coûtent moins cher » : les investissements nécessaires au recrutement, à la formation et à l’armement des enfants sont moins élevés que pour les adultes.

Par ailleurs, les enfants sont aujourd’hui généralement recrutés dans des contextes de guerre civile, qui sont longues et font de très nombreuses victimes. Les enfants remplacent ainsi les adultes morts au combat.

Le recrutement des enfants-soldats

Le recrutement des enfants-soldats est majoritairement volontaire, due à une combinaison de multiples facteurs de motivation évoqués précédemment.

Pourtant, le recrutement forcé est courant et est un processus soigneusement planifié, dans lequel les enfants sont enlevés et torturés. En cas de recrutement forcé, les recruteurs ciblent typiquement les lieux où les enfants sont les plus vulnérables et où ils sont rassemblés en grand nombre : les enfants sont notamment enlevés dans les écoles, les orphelinats, les camps de réfugiés, les stades et les églises. Les enfants sont évalués selon leur taille et leur condition physique. Pour les soumettre, les recruteurs n’hésitent pas à les violer, les battre, les torturer et même à assassiner les membres de leur famille… lorsqu’ils ne les obligent pas à le faire eux-mêmes.

« Ils vous donnent une arme à feu, et vous devez abattre votre meilleur ami. Ils font ça pour voir s’ils peuvent vous faire confiance. Si vous ne le tuez pas, votre ami reçoit l’ordre de vous tuer. J’ai dû le faire, parce que sinon j’aurais été tué. C’est pour ça que je suis parti. Je ne pouvais plus supporter tout ça. »

Colombie, garçon recruté à l’âge de 7 ans par un groupe paramilitaire, alors qu’il était enfant des rues.(3)

Les enfants-soldats : victimes ou volontaires ?

Les enfants-soldats sont généralement présentés comme des victimes des adultes, et l’on met plus volontiers en avant le recrutement forcé des enfants que l’engagement volontaire. Toutefois, la majorité des enfants choisissent de devenir des soldats et sont de véritables acteurs des conflits.

Le tabou des enfants-soldats pour les armées et la vision simpliste du phénomène dans l’opinion publique constituent un défi majeur de la résolution du problème, car l’on tend à vouloir conférer une certaine immunité aux enfants-soldats, sans tenir compte de la complexité du problème et de la volonté consciente des enfants-soldats.

Voir Aussi

  • (1) Philippe Chapleau, Enfants-soldats : Victimes ou criminels de guerre ? Éditions du Rocher, 2007
  • (2) Karen Lajon, « Les enfants de la mort en Sierra Leone », Le Journal du dimanche, 14 mars 1999
  • Mouzayan Osseiran-Houbballah, L’enfant-soldat, Odille Jacob, Paris, 2003
  • Gérard D’Hôtel, Les enfants dans la guerre, Milan, 1999
  • Alain Louyot, Gosses de guerre, Robert Laffont, Paris, 1989
  • Ilene Cohn et Guy Goodwin-Gill, Enfants soldats : le rôle des enfants dans les conflits armés, Une étude pour l’Institut Henry Dunant, Genève, Éditions du Méridien, Canada, 1995
  • Marc Schmitz (Coordination), La guerre : Enfants admis, Éditions GRIP, 2001
  • Françoise Bouchet-Saulnier, Dictionnaire pratique du droit humanitaire, La Découverte, Paris, 2006

Ouvrages en anglais:

  • Child Soldiers International (CSI), Child Soldiers – Global Report 2008, London, 2008
  • Myriam Denov, Child soldiers : Sierra Leone’s Revolutionary United Front, Cambridge University Press, 2010
  • Candice Mancini (Book Editor) Child soldiers, Global View Points, Greenhaven Press, 2010

Internet:

PlusLoin

Mise à jour le 24 janvier 2011
Haut de page