Enfants du Nigeria

Enfants du Nigeria

Concrétiser les Droits de l’Enfant au Nigeria

Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique, est extrêmement pauvre, notamment en raison d’une forte corruption. De plus, la guerre ethnique, religieuse et civile qui perdure sur le territoire ainsi que la situation économique difficile, à laquelle est confronté le pays, entravent les progrès vers la pleine réalisation des droits de l’enfant.

  nigeria

Indice de Concrétisation des Droits de l’Enfant4,89 / 10
Niveau noir: Situation très grave

Population : 181,7 millions
Pop. de 0 à 14 ans : 40,9 %

Espérance de vie : 52,5 ans
Mortalité des moins de 5 ans : 69 ‰

Principaux problèmes rencontrés par les enfants au Nigeria :

Pauvreté

Malgré des ressources financières provenant du secteur pétrolier et d’importantes ressources naturelles, la situation économique du pays n’est toujours pas satisfaisante. Une grande majorité de la population vit, encore actuellement, en situation d’extrême pauvreté; ceci est particulièrement vrai pour les personnes vivant en zones rurales.

La pauvreté a un impact négatif sur les conditions de vie des jeunes nigérians : malnutrition, maladie, éducation limitée, etc.

Droit à la non-discrimination

Les enfants handicapés souffrant de déficiences physiques ou de difficultés mentales sont, au Nigeria, victimes de pratiques discriminatoires.

En effet, il manque un nombre important de foyers d’hébergement et d’internats pour les enfants handicapés physiques et les enfants défavorisés. Les premiers ne peuvent pas être accueillis dans les établissements scolaires et les seconds, faute de moyens, n’y ont généralement pas accès.

Droit à la santé

Au Nigeria, le taux de mortalité des moins de cinq ans reste particulièrement élevé. La probabilité de mourir avant leur cinquième anniversaire est plus grande chez les garçons que chez les filles. En outre, les enfants des zones rurales, en raison d’un système d’assainissement inadéquat, d’un manque d’eau potable et d’une absence de services de santé, encourent un grand risque de décéder dans leur prime enfance.

La malnutrition est  la principale cause de décès chez les enfants nigérians. Beaucoup de jeunes souffrent donc d’insuffisance pondérale modérée ou aiguë, entraînant généralement un retard de croissance. Les autres causes de décès sont les maladies néonatales, le paludisme, la diarrhée, la pneumonie, etc.

Droit à l’éducation

Les six premières années scolaires sont obligatoires, au Nigeria. Les écoles sont sous la responsabilité de l’État.

La qualité de l’enseignement laissait à désirer, mais le pays a pris d’importantes mesures pour améliorer le système éducatif. En effet, les infrastructures scolaires, l’assainissement des écoles et la gestion des établissements ont été développés. La santé et l’hygiène ont également été promues. D’autres actions ont encore, par ailleurs, été entreprises afin d’améliorer l’enseignement.

Maltraitances

Les châtiments corporels sont toujours pratiqués dans les familles et à l’école, parce qu’ils sont encore acceptés par la société. Cette dernière est d’avis que les châtiments corporels permettent d’éduquer les enfants.

La violence est, par conséquent, très courante au Nigeria; les enfants en sont souvent victimes. Ainsi, pour mettre fin à ces pratiques incontestablement contradictoires avec la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, le Nigeria doit impérativement trouver des moyens alternatifs à la violence ancrée dans les mœurs des communautés nigérianes, si le pays veut réduire le nombre de ses victimes.

Enfants des rues

Au Nigeria, le nombre d’enfants, qui vivent dans les rues, est considérable. Les jeunes des rues ont, bien souvent, trouvé refuge sous des ponts, au marché, dans des bâtiments en construction, etc.

En évoluant dans les rues du Nigeria, les enfants rencontrent un certain nombre de problèmes: la traite, les accidents de voiture, les enlèvements, les maladies, le harcèlement sexuel, etc. En outre, puisqu’ils vivent dans les rues, ces enfants ne sont pas scolarisés. Ainsi, ils n’ont, par la suite, quasiment aucune chance de trouver un emploi et de sortir définitivement des rues.

Mariage d’enfants

Bien que les mariages des enfants soient interdits, ils ont encore lieu dans certaines régions pauvres du Nigeria, notamment au Nord. Les parents y voient un moyen pour l’enfant, et pour toute la famille, d’échapper à leurs conditions de vie précaires.

Les mariages d’enfants ont des répercussions négatives sur leur santé, leur développement et le plein exercice de leurs droits. Mariées précocement, les jeunes filles sont limitées dans leurs interactions sociales, car elles abandonnent leur scolarité. De plus, elles risquent une grossesse précoce, qui peut s’avérer dangereuse pour leur santé et celle de leur enfant.

Mutilations génitales féminines

Dans certaines régions nigérianes, les mutilations génitales féminines sont encore pratiquées; l’âge des jeunes filles varie entre 3 mois et 17 ans.

La précarité et le manque d’hygiène dans lesquels sont pratiquées les excisions entraînent souvent de graves conséquences sur la santé des jeunes filles. Fréquemment, des infections, hémorragies et autres problèmes liés à l’opération font suite à cet acte.

Trafic d’enfants

Dans le cadre des réseaux de prostitution, 10 enfants par jour sont vendus au Nigeria. Dans des cas très rares, il arrive que certains enfants soient également torturés et sacrifiés, lors de rituels de magie noire.

Par ailleurs, ils arrivent que des jeunes filles, en contrepartie d’une somme d’argent, soient contraintes de faire et de vendre leur bébé. Ce trafic d’enfants est en plein essor au Nigeria; la police locale tente, à tout prix, de démanteler ce genre de réseau.