Enfants de Sainte-Lucie

Enfants de Sainte-Lucie

Concrétiser les Droits de l’Enfant à Sainte-Lucie

  

La situation des droits de l’enfant à Sainte-Lucie est préoccupante. De nombreux enfants sont exposés à divers types de mauvais traitements et différentes formes d’exploitation, y compris la violence sexuelle, les châtiments corporels, le travail forcé.

  SAINTE-LUCIE

Indice de Concrétisation des Droits de l’Enfant : 7,78 / 10
Niveau orange : Problèmes sensibles

Population : 183,6 mille
Pop. de 0 à 14 ans : 22,8 %

Espérance de vie : 74,8 ans
Mortalité des moins de 5 ans : 13 ‰

Principaux problèmes rencontrés par les enfants à Sainte-Lucie:

Pauvreté

Plus de 25% de la population de Sainte-Lucie vit en dessous du seuil de pauvreté. Près de la moitié des enfants Lucia vivent dans des ménages qui n’ont pas toujours suffisamment de nourriture et ces enfants souffrent d’insécurité alimentaire.

Châtiments Corporels

La loi n’interdit pas la pratique des châtiments corporels à Sainte-Lucie. Cette pratique est un moyen légal de discipliner les enfants. Les châtiments corporels sont même à la fois pratiqués et conseillés en priorité. Tout parent, enseignant ou quiconque a la garde légale ou est chargé de la surveillance d’un enfant est autorisé à administrer à ce dernier une correction raisonnable.

Environ 30% of the parents ayant des enfants de moins de 12 ans pratiquent des «châtiments corporels violents». La plupart du temps, ces châtiments se manifestent par des fessées avec un objet (bâton, ceinture, chaussure).

Exploitation sexuelle

Il est difficile d’estimer l’ampleur réelle du problème des abus sexuels à Sainte-Lucie.

Les cas de violence sexuelle les plus fréquents surviennent entre une jeune fille et un homme faisant partie de sa famille. Il est également arrivé que les auteurs de tels actes soient des enseignants, des prêtres et d’autres personnes en situation d’autorité.

Certaines enquêtes révèlent que les femmes font parfois semblant de ne rien voir lorsque leurs époux entretiennent des rapports sexuels avec un enfant de leur famille. Ce genre de situation peut survenir pour bien des raisons, notamment la pauvreté, les attitudes patriarcales, les normes et l’insertion sociale en fonction du sexe, le cycle de la violence (c’est-à-dire qu’une personne victime de violence sexuelle durant son enfance devient à son tour agresseur) et le « comportement de prédateur » observé chez certains hommes.

En 2011, la Division des services sociaux  du ministère de la Santé, du Bien-être, des Services sociaux et des Relations hommes-femmes, a révélé que 254 enfants ont subi une violence sexuelle.

Travail des enfants

La Sainte-Lucie ne dispose d’aucune classification des emplois dangereux et non dangereux, ni de règles régissant les conditions de l’emploi. Le travail des enfants existe dans une certaine mesure dans les zones rurales. Certains enfants scolarisés aident leurs parents dans la récolte de bananes. De façon générale, les enfants travaillent aussi dans les stands de restauration urbaine les jours où ils ne vont pas à l’école et lors des festivals. Il n’y a aucun rapport formel de violations des lois sur le travail des enfants.

Droit à l’éducation

Le système éducatif de la Sainte-Lucie ne garantit pas l’accès universel à l’éducation et en particulier à l’enseignement secondaire. Des filles mères en âge d’être scolarisées interrompent leurs études pour pouvoir s’occuper de leurs enfants. De nombreux  garçons  abandonnent aussi l’école pour aider leurs parents dans la récolte de bananes. Les services de garderie ne sont pas accessibles qu’à moins de 20 % de la tranche d’âge pouvant y prétendre.

Droit à la santé

Le nombre d’enfants nés avec un faible poids de naissance ne cesse d’augmenter. Il s’y ajoute le niveau croissant d’obésité chez les enfants et les maladies associées à court ou à long terme  et le manque de programmes d’éducation pour la santé des enfants.

Le  taux du VIH/sida et les autres maladies sexuellement transmissibles chez les adolescents est élevé. Il est également noté avec préoccupation le fait que la Sainte-Lucie n’accorde pas suffisamment d’attention aux questions de santé des adolescents, y compris les problèmes de santé mentale, de développement et  de  reproduction.

Alcoolisme et toxicomanie

Selon les résultats de l’Enquête sur la santé des jeunes de Sainte-Lucie, la consommation d’alcool et de drogue des enfants âgés de 10 à 19 ans est importante. Plus de 63% des adolescents prennent une boisson alcoolisée. Les garçons sont environ quatre fois plus susceptibles de boire que les filles. En termes de cigarettes, plus de 11% d’enfants ont fumé une cigarette. Le fait de fumer de la marijuana, bien qu’illégal, est fréquent chez les adolescents.