Article 31: La nécessité de jouer dans la vie des enfants

Posted on Posted in Droits des enfants, Education

Wellcome Collection, un musée londonien, a récemment organisé une exposition intitulée « Play Well ». Cette exposition, en collaboration avec le Michael Rosen’s Book of Play, encourage son public à réfléchir à l’importance du jeu pour la santé des enfants.

Les visiteurs ont pu y découvrir le projet des garderies du pédagogue allemand Friedrich Fröbel qui a fait du jeu une de ses priorités, ainsi que l’approche Reggio Emilia qui associe l’apprentissage et le jeu au travers des photographies d’enfants jouant soit dans la rue soit dans des aires de jeu. Toutes ces représentations ont démontré aux visiteurs les bienfaits physiques et psychologiques du jeu pour le développement de l’enfant.

Dans les années 1960, le psychologue Jean Piaget a également souligné l’importance du jeu dans ses travaux sur la théorie du jeu. Il considérait le jeu comme un élément primordial dans l’environnement d’apprentissage de l’enfant. (Piaget) L’importance du jeu n’est pas un phénomène récent ; en effet, depuis un certain temps, il est largement reconnu par les experts du développement de l’enfant.

En 1989, l’UNICEF a également signalé cette importance. L’article 31 de la Convention relative aux droits de l’enfant stipule que :

« Les États parties reconnaissent à l’enfant le droit au repos et aux loisirs, de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge, et de participer librement à la vie culturelle et artistique. Les États parties respectent et favorisent le droit de l’enfant de participer pleinement à la vie culturelle et artistique, et encouragent l’organisation à son intention de moyens appropriés de loisirs et d’activités récréatives, artistiques et culturelles, dans des conditions d’égalité. »

(UNICEF)

Les enfants ont le droit de jouer. C’est essentiel à leur développement.

Toutefois, dans certaines circonstances, les enfants ne peuvent pas jouer en toute sécurité. L’UNICEF a donc créé des lieux sûrs afin que les enfants puissent jouer dans les zones de guerre et les camps de réfugiés. A l’aide de ballons de football, de cordes à sauter et de blocs de constructions, l’UNICEF a créé des centres de jeux pour les enfants en Syrie, au Bangladesh, au lac Tchad et en Irak. (UNICEF).

Des organisations non gouvernementales ont également participé à cette mission pour permettre aux enfants du monde entier de jouer. Ainsi, Right to play, une organisation canadienne, travaille en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient en proposant des jeux à l’intérieur et à l’extérieur des salles de classe. Leur travail se concentre sur quatre types de jeux : des matchs, du sport, des jeux créatifs et des activités libres. Grâce à ces initiatives, ils contribuent au développement de la créativité et de l’expression des enfants. (Droit de jouer).

De la même façon, International Play Association (IPA), créée en 1961, œuvre pour défendre le droit des enfants de jouer, en tant que droit humain fondamental. En novembre 1977, cette association a publié une déclaration sur le droit des enfants de jouer, en conformité avec l’article 31 de la Convention relative aux droits de l’enfant. Présente dans 50 pays, l’IPA organise des séminaires, des conférences, des voyages d’études, des recherches, des publications, des conceptions d’aires de jeux, des formations de travail et des programmes sur le jeu ainsi que la Journée du jeu.

Ces activités permettent à l’IPA d’exprimer ses préoccupations sur certaines questions telles que l’indifférence de la société à l’égard de l’importance du jeu, l’accent excessif mis sur les études théoriques et académiques dans les écoles et l’exposition constante des enfants à la guerre, à la violence, à l’exploitation et à la destruction. (International Play Association). En mettant en lumière ces efforts, nous pouvons reconsidérer nos actions en faveur des droits de l’enfant dans le monde.

Chez Humanium, nous plaçons l’enfant au centre de notre travail. Avec des conseillers de vie somatique, des psychologues, des diplômés en leadership et des thérapeutes, nous espérons donner à l’enfant les moyens d’agir. Dans le cadre de nos projets améliorant les problèmes de malnutrition et du travail des enfants, l’éducationet leurs conditions de vie, nous nous concentrons sur la santé de l’enfant, ce qui inclut le jeu. À Istanbul, en Turquie, nous avons construit une bibliothèque dans un refuge pour mineurs non accompagnés, où nous fournissons des livres et des DVD. Ces équipements permettent aux enfants d’avoir des passe-temps intellectuels et culturels enrichissants. À maints égards, ce jeu est crucial pour la santé de l’enfant.

Les discussions sur les efforts des ONG et de l’UNICEF pour fournir des aires de jeux aux enfants nous aident à démontrer l’importance du jeu pour les enfants dans le monde entier en tant que société. L’IPA prévoit d’organiser sa conférence mondiale triennale en novembre 2020 à Jaipur, en Inde. De telles conférences nous rappellent le travail qui doit encore être fait, pour que le droit des enfants de jouer devienne une réalité. Mais nous avons espoir d’être sur la bonne voie !

En prenant tout cela en considération, chez Humanium, nous pouvons donner vie à l’article 31 !

Ecrit par Leah Benque

Traduit par Maëlys Durrieu de Madron

Corrigé par Victoire Ramos

Références:

International Play Association. (n.d.), “IPA: 21st World Conference Jaipur 2020,” IPA.

International Play Association. (n.d.), “The Child’s Right to Play,” IPA.

Piaget, Jean, The Language and Thought of the Child (Paris, 1959).

Right to Play. (n.d.), “About Us,” Right to Play.

SURIYAARACHCHI, RASHINI. (2017, December 15), “Where do children play in a war zone?” UNICEF.

UNICEF. (n.d.), “HOW WE PROTECT CHILDREN’S RIGHTS WITH THE UN CONVENTION ON THE RIGHTS OF THE CHILD,” UNICEF UK.